dimanche 26 avril 2020

Le site de La Céleste Amitié a fait peau neuve !

Le site de la Loge La Céleste Amitié a été modernisé, éclairci et enrichi en éléments graphiques, afin de le rendre plus agréable à lire. Enfin, son coeur flamboyant a été adapté au 2.0 !

Les actions de bienfaisance menées par les LNFU ont été actualisées, vous pourrez toutes les y retrouver.

Grâce aux formidables initiatives de chacune et chacun et à l’impulsion de notre très dynamique Grand Hospitalier - dont vous trouverez bien sûr les communications -, elles sont nombreuses, ce dont les LNFU peuvent être fiers!

Enfin, des liens facilitant les contributions ont été ajoutés. Alors n’hésitez pas à aller vous y promener, et pourquoi pas, à faire un don si le coeur vous en dit !


vendredi 17 avril 2020

Lettre hospitalière avril 2020

Voici la lettre hospitalière du Grand Hospitalier des LNFU :

Mes Très Chères Sœurs et Mes Très Chers Frères, 

Je viens vers vous en ces temps compliqués, en tant que Grand Hospitalier, et donc au nom du Grand Maître Roger Dachez, et au nom de tous les Frères et Sœurs qui composent le Grand Conseil. 

Un premier mois de confinement due à la pandémie de Covid-19, vient de s’achever et un nouveau mois au moins est déjà annoncé. Si la situation n’amène bien sûr pas à la gaité, nous devons nous réjouir qu’il n’y ait pas eu de cas grave de la maladie parmi les membres de notre Obédience ou des membres de leur famille, car la maçonnerie française doit, hélas, d’ores et déjà déplorer des décès.

D’autre part nous devons être fiers de la manière dont tous ensemble, nous avons géré ce premier mois. Vous le savez, dans ma précédente lettre hospitalière, je m’inquiétais de l’isolement potentiel de certains, mais les visioconférences, les réseaux sociaux, les systèmes de messageries ainsi que la réédition de La Truelle Numérique, et l’attention de tous, nous ont permis de maintenir un contact généralisé pluriquotidien.

En ce qui concerne la Bienfaisance et l’Entraide, les réunions des Hospitaliers, Aumôniers et Eléémosynaires des Loges des LNFU, montrent une situation sous contrôle, sans soucis majeurs, grâce à la vigilance des officiers en charge. Je ne saurais une fois de plus rappeler que nous devons tous être dans le contexte, des hospitaliers ou des "infirmiers nés" comme dit le Régime Ecossais Rectifié, les uns pour les autres.

Pour ce qui est de l’action obédientielle de Bienfaisance, vous avez sans doute vu dans la presse maçonnique, que les Loges Nationales Françaises Unies, avec ses modestes moyens, a été la première à mettre en place son action, en offrant un respirateur, le plus performant du marché, au Centre hospitalier de Villeneuve saint Georges destiné au service de réanimation du Dr Jean-François GEORGER. 

Ce respirateur a été remis ce matin (photo ci-dessous) et une heure après était déjà placé sur un patient en détresse respiratoire due au Covid-19.


Je tiens tout particulièrement à remercier notre Frère Cédric Lesser des Loges Nationales Françaises Unies, qui a rendu possible l’achat de cet appareil, car l’Europe entière est en rupture de stock et doit se rabattre sur des appareils de moins bonne qualité, voire se heurter à un manque de disponibilités.

D’autre part encore, comme nous participons au Comité des Grands Hospitaliers de La Franc-Maçonnerie Française, notre action entrera dans une action commune, dont vous recevrez communication bientôt, qui verra l’achat de 7 respirateurs, facilitée pars les Loges Nationales Françaises Unies et une fois encore, toujours par le biais de notre Frère Cédric, et qui permettra à 7 des 12 Obédiences de se manifester par une action commune dans le cadre de la Bienfaisance.

Ce qui est certain, c’est que si l’on considère qu’un patient aura besoin d’un respirateurs environ deux semaines, nous pouvons espérer et être collectivement comme individuellement fiers et heureux, de peut-être sauver une vie toutes les deux semaines par respirateur !

Enfin, parce que je vous dois une clarté totale, cette action aura coûté aux LNFU : 5580 €uros. C'est-à-dire bien plus que ce que nous donnons à la Céleste Amitié par an au travers de la part attribuée sur nos cotisations à la Bienfaisance. Vous devez bien vous douter, que ce que jadis on appelait la "common box" en Angleterre, ou la "boete des pauvres" en France, ne regorge pas de fonds illimités comme ce que j’ai pu constater en échangeant avec les grandes obédiences. Mais ce n’est pas parce que nous sommes petits que nous n’avons pas un grand cœur et je crois sincèrement que notre action a été légitime. Soyez-en tous fiers ! 

Jadis aussi, Robert Delafolie, faisait régulièrement appel, aux Frères (à l’époque) et aux Loges, pour le secours des indigents et des malades. Aussi, c’est aussi ce que je viens faire aujourd’hui auprès de vous. Pour celles et ceux qui le souhaitent et surtout qui le peuvent, pour des Loges aussi qui le pourraient (sans se départir de fonds qui seront sans doute utilisés pour l’entraide envers les membres de l’atelier), La Céleste Amitié sera heureuse de recevoir quelques offrandes qui seront, n’en doutez point, bien utilisées, et redistribuées. Soyez en tous remerciés par avance.

Je vous l’ai écrit dans la précédente lettre hospitalière : nous, Francs-Maçons des Loges Nationales Françaises Unies, avons toujours revendiqué la petitesse de notre obédience, le fait de tous se connaitre, mais n’avons jamais eu honte de ce que nous étions. Soyons à la hauteur de la qualité de notre engagement maçonnique et dispensons dans les semaines à venir l’Amour Fraternel qui nous rendra plus forts ensemble, et plus que jamais faisons nôtre, le dernier message de René Guilly : « et dis leur bien, que nous nous faisons une très haute idée de la Franc-Maçonnerie… »

Que Dieu nous soit en aide. 

Je vous embrasse avec toute mon affection Fraternelle. 

Dominique SAPPIA 
Grand Hospitalier 
Loges Nationales Françaises Unies 

jeudi 9 avril 2020

Action de Bienfaisance des LNFU

Les Loges Nationales Françaises Unies ont fait don cette semaine d’un respirateur au service de réanimation du Centre hospitalier intercommunal de Créteil, en région parisienne. 

Dans une interview sur le site Hiram.be, Roger Dachez, Grand Maître des LNFU, y voit "une action normale" face à la crise sanitaire que nous vivons et le dénuement des équipes de soin.

La franc-maçonnerie traditionnelle, s'abstenant de déclarations publiques, a une coutume immémoriale : "la bienfaisance, dans toute l’extension matérielle et spirituelle du terme". C’est ainsi que la franc-maçonnerie traditionnelle libre s'extériorise.

D'autre part, en interne, face à l’isolement de tous, confinés dans des conditions pas toujours confortables, des réunions informelles en visioconférence sont organisées aux LNFU, sans être pour autant des tenues virtuelles.

En conclusion de cette interview, "la maçonnerie, à la mesure de ses moyens, devra être à la hauteur. Mais cela ne doit empêcher personne de se préoccuper aujourd’hui même du bien commun de tous, maçons et non-maçons : notre patrie spirituelle, c’est l’humanité tout entière."

dimanche 8 mars 2020

Action de Bienfaisance de la Loge "Le Cèdre et les Pensées"

La Loge « Le Cèdre et les Pensées n°4 » des LNFU en vue d’une action de bienfaisance pour l’année 2020 a remis, avec l’aide du Grand Hospitalier, un chèque d’un montant de 500 € à l’Association : « Atouts Femmes » dont l’action au quotidien est de soutenir, protéger les familles et les femmes en difficulté dans leur quartier aux moyens d’ateliers créatifs pour les sortir de leur isolement.

  • Fabrication de bijoux
  • Nutrition
  • Fête pour enfants Noël, pâques, Sortie pour s’amuser dans la neige
  • Théâtre, Opéra
  • Sophrologie
  • Self défense
  • Judo pour enfants
  • Diverses conférences sur la condition et les violences faites aux Femmes dans le monde

Cette association portée à bout de bras par sa responsable n’obtient que peu de subvention et elle frappe à beaucoup de portes pour pouvoir donner des moments de partage et bonheur à son entourage. Car tout cela à un coût.
Aussi notre Don financier a été très bien reçu et les remerciements furent chaleureux, au nom des LNFU et de tous ses membres. MERCI !
Notre frère Robert Guinot, photographe pro tempore, représentait pour cette remise les LNFU et son Grand Maitre.

Nicole Guinot

dimanche 29 décembre 2019

Renaissance Traditionnelle a sa page Facebook !

On a beau être traditionnel, on n'en est pas moins actif dans le temps présent ! Bien au contraire. 😉

Pour suivre l'actualité de Renaissance Traditionnelle, vous pouvez dorénavant vous abonner (gratuitement!) à la page Facebook "revue.rt".

N'hésitez pas à la partager ainsi que son contenu :

samedi 28 décembre 2019

Action de Bienfaisance des LNFU – Octobre Rose

Dans le Cadre de ses actions de Bienfaisance, les Loges Nationales Françaises Unies (Loges Nationale Française et Loge Nationale Mixte Française) obédience de la Franc-Maçonnerie Française, ont voulu à leur façon et avec leurs modestes moyens, s’associer à Octobre Rose, le mois de la sensibilisation et de la lutte contre les cancers du sein. Ainsi une vente de pin’s représentant le ruban rose symbole d’Octobre Rose et marqué du sceau de l’équerre et du compas maçonnique, ont été vendus dans les Loges de l’obédience, et ont permis en quelques jours de recueillir la somme de 1000 euros.

C’est l’association "T'hatez-Vous!" qui a été choisie pour recevoir cette donation. "T’Hatez-vous" est une association qui aide la recherche contre le cancer du sein, à sensibiliser les femmes au dépistage par l’autopalpation.
Lundi 23 décembre 2019, représentant le Grand Maitre Roger Dachez, Dominique Sappia, Grand Hospitalier, a eu le plaisir de remettre cette somme de 1000 euros à la présidente de l’association Mme Joëlle Burot et à la secrétaire Manon Sarti, au nom des Loges Nationales Françaises Unies, au nom des toutes les Sœurs et les Frères de l’obédience, mais aussi au nom de la Franc-Maçonnerie en général.

Dans le même temps et grâce à un relationnel sportif et profane, nous avons facilité la rencontre avec Madame Vanessa Ohanian, Kinésithérapeute et directrice du Centre Femina, spécialisée dans les pathologies de la femme et professeure de sport, qui a organisé, toujours dans le cadre d’Octobre Rose un évènement de Pink Zumba, qui lui aussi a généré la somme de 1053 euros qui ont été remis le même jour à l’Association.

Les Loges Nationales Françaises Unies sont heureuses d’avoir ainsi pu contribuer directement et indirectement à aider l’association "T’Hâtez-vous !". Les Francs-Maçons, hommes et femmes de l’obédience, dans la lignée de leur fondateur René Guilly+, et de son Hospitalier National emblématique Robert Delafolie+ , sont fiers de pouvoir être actifs bien que modestement et en toute conscience, dans les luttes contre la misère humaine et la maladie.

Suivez l'actualité des LNFU également sur Facebook !

dimanche 24 novembre 2019

Renaissance Traditionnelle : prix littéraire de la Maçonnerie française

Au seuil de son demi-siècle, la revue Renaissance Traditionnelle, fondée en 1970, s'est vu distinguer par le Salon du Livre Maçonnique de Paris 2019.

Le jury lui a remis le "Prix littéraire de la Maçonnerie française" dans la catégorie "Revue".

Avant de déguster le champagne, une partie du comité de rédaction, plastronne avec le trophée !

Un bon début pour fêter un cinquantième anniversaire.

PS : suivez la revue sur sa page Facebook @revue.rt !


dimanche 17 novembre 2019

Para théurgie dans le RER

Lors de la Tenue du 27 juin 2019 de la Loge L'Equerre La Tradition Rectifiée n° 4, Roger Dachez a proposé une réflexion autour de la para théurgie dans le Rite Ecossais Rectifié, à travers la question suivante : en quoi les rituels des grades symboliques de ce rite sont-ils martinésistes ?

Voici un extrait :
"Voilà une question polémique aujourd’hui au sein du régime écossais rectifié caractérisée par 2 positions extrêmes : il y a ceux qui estiment que la pratique théurgique martinésiste fait partie intégrante du régime qui culmine alors dans l’Ordre des Elus Coëns, et il y a ceux qui rejettent purement et simplement le martinésisme comme charlatanesque et dangereux. Mais entre ces 2 choix, une position raisonnable et réfléchie, qui consisterait à ne pas ignorer la doctrine de Martinès sans pour autant tomber dans une pratique théurgique débridée, n’est-elle pas possible ? 
Dès la mort de Martinès de Pasqually en 1774 la question s’est posée du devenir de son œuvre. Ses premiers disciples ont tenté de l’expliquer comme en témoignent Les Leçons de Lyon aux Elus Coëns (éditées par Robert Amadou, chez Dervy en 1999) qui se tinrent jusqu’en 1776. Travail difficile mais quoiqu’il en soit de leurs efforts, c’est le Régime écossais rectifié qui naîtra à Lyon précisément en 1778 tandis l’Ordre des Elus Coëns cessera toute activité en 1780. On notera que les tentatives de réveil de cet ordre qui ont lieu au XXe siècle, dont celle de Robert Amadou, n’ont guère donné de bons fruits. Au convent de Lyon de 1778, donc, moment fondateur du rite écossais rectifié il est décidé de conserver –même de manière allusive-  la doctrine de Martinès qui va irriguer et donner son sens aux 4 grades symboliques de la Maçonnerie rectifiée et d’abandonner toutes les opérations théurgiques pratiques. 
Ainsi la Maçonnerie symbolique rectifiée a bel et bien une structure martinésiste qui donne une signification propre aux symboles et, en ce sens, le rite écossais rectifié est martinésiste. 
L’histoire des rituels rectifiés en cette fin de XVIIIe siècle le montre également. 
Lorsque les rituels de la Stricte Observance –que l’on pourrait qualifier de proto rectifiés- traduits en français par Abraham Bénard arrivent à Lyon en 1774 ils ne doivent rien, évidemment, à la pensée de Martinès. 
En revanche ceux de 1778 élaborés à Lyon doivent beaucoup au thaumaturge et, même si son influence n’est pas apparente –ostensible, comme on dit alors- sa doctrine donne une signification cohérente et homogène au nouveau rite écossais rectifié, notamment par l’idée d’histoire secrète de l’initiation telle qu’elle sera développée dans l’instruction aux Grands Profès. 
Ce sont ces rituels qui sont adoptés à Wilhelmsbad en 1782. 
Cependant la « victoire » de Willermoz à ce convent fut une victoire à la Pyrrhus puisque la réforme de Lyon ne sera pas adoptée en Allemagne. Le mystique Lyonnais se sent alors libre des engagements pris au convent et donne alors aux rituels rectifiés une marque plus explicite. Il procède à ce que l’on nomme « la dernière révision » dans les années 1786-1788, révision au cours de laquelle il injecte, clairement cette fois, des notions martinésistes dans les rituels : feu, terre et eau lors de la réception au 1er grade, les métaux au 2e grade, autant d’éléments issus de la physique martinésiste, le tout appuyé sur un appel explicite à l’intervention directe de la divinité lors des prières (« Bénis et dirige-toi-même les travaux de l’Ordre »). Ce n’est pas de la théurgie au sens strict mais une sorte de para théurgie. 
..."
 La suite sur le site de la Loge.

dimanche 3 novembre 2019

Renaissance Traditionnelle 194 : 1732, le plus ancien document maçonnique français

Le nouveau numéro 194 de la revue Renaissance Traditionnelle est disponible. En voici la présentation par son rédacteur en chef, Pierre Mollier :
Ce numéro 194 de Renaissance Traditionnelle est à l’image de notre revue : il offre une vaste perspective ! Il s’ouvre en effet sur la découverte de ce qui apparaît maintenant comme le plus ancien document maçonnique français connu. Il se conclut par une présentation stimulante des potentialités des humanités numériques pour la recherche maçonnique. 
De longue date L’Anglaise de Bordeaux était considérée comme l’une des premières Loges françaises. Les historiens maçonniques de l’entre-deux-guerres faisaient état de documents – disparus depuis – attestant de sa création le 27 avril 1732. Notre revue avait publié (RT 131-132, p. 174-196) une copie d’extraits des ses livres d’architecture – trouvée dans les « Archives Russes » du Grand Orient de France – réalisée en 1813. Ce recueil commençait par le procès-verbal de la tenue du dimanche 27 avril 1732. Lors d’une mission à Minsk pour étudier le reliquat des « Archives Russes » resté coincé en Biélorussie, Pierre-Yves Beaurepaire y a découvert le premier livre d’architecture de L’Anglaise, un témoignage bien sûr exceptionnel sur les débuts de la Maçonnerie française. Il en prépare une édition critique mais, en attendant, Louis Trébuchet nous présente cette pièce passionnante. Il s’agit maintenant du plus ancien document maçonnique français connu puisqu’il précède de trois ans les « Devoirs enjoints aux Maçons libres » de 1735 et de cinq ans le livre d’architecture de la Loge parisienne Coustos-Villeroy de 1737. D’emblée sa lecture apporte des informations d’un grand intérêt. Ainsi on peut y constater la pratique du grade de Maître dès 1732 ! On sait que celui-ci n’est apparu en Angleterre que quelques années auparavant, vers 1725, et semble avoir mis un certain temps à être adopté par les Loges britanniques. Cette pratique si précoce du troisième grade s’expliquerait-elle par le fait que ces « Anglais » étaient en fait des Irlandais ?  
Reinhard Markner a retrouvé les preuves de l’initiation de Cagliostro et essaye de mieux cerner les circonstances de sa réception et le milieu maçonnique où « le Grand Cophte » a fait son apprentissage en Loge. Notre classique « séquence RER » propose d’abord une belle étude du professeur Katsumi Fukaswa sur La Triple Union de Marseille et les tensions qui l’ont divisée, notamment sur de vrais enjeux philosophiques et spirituels. Roger Dachez nous invite ensuite à découvrir la version xviiie siècle du Maître Écossais du Régime Rectifié. Il faut en faire une double lecture. On peut d’abord s’attacher à le resituer dans la généalogie des rituels du RER et y chercher les éléments de la doctrine propre au régime que le grade transmet. Mais on peut aussi l’inscrire dans le prolongement des différentes études que nous avons récemment publiées sur les grades de Maîtres Écossais entre 1740 et 1760 et voir, dans celui du RER, une version de ce quatrième grade qui apparaît et prend une place si importante à partir de 1740. Enfin, poursuivant ses travaux si féconds sur le « fichier Bossu », Thomas de la Sore nous montre combien les nouvelles technologies de l’information peuvent se révéler utiles pour exploiter les riches archives maçonniques du xviiie siècle. 
Voilà un beau numéro… qui incitera, nous l’espérons, les derniers retardataires à se réabonner pour 2019 !

Ce numéro peut être commandé en ligne au prix de 15 €.